Ankh L'Immortel

Fictions et fanfictions...
Vampiriques, fantastiques, réalistes, poétiques...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Amon-Rê, le dieu bélier : Le "dieu caché"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maharet

avatar

Nombre de messages : 284
Age : 37
Humeur : Envie de tout massacrer chez elle
Date d'inscription : 17/01/2007

Personnage et récompenses
Nom du personnage: Maharet
Caste: Courtois

MessageSujet: Amon-Rê, le dieu bélier : Le "dieu caché"   Mar 24 Avr 2007 - 21:01

D'origine modeste, d'abord dieu de l'Air, du Vent et des bateliers, le dieu Amon devient dieu d'Etat dans sa ville de Thèbes et est assimilé à Rê, le dieu du Soleil d'Héliopolis.


Le dieu de Thèbes

Amon était le dieu local de Thèbes, considéré comme le dieu de l'Air ou de la Fécondité. On lui donne la forme d'un homme vêtu d'un pagne, la tête couverte d'un mortier surmonté de deux plumes. Parfois, il a aussi la tête d'un bélier. Son épouse, Mout, la déesse du Ciel, à la forme d'un vautour et son fils Khonsou, celle d'un enfant coiffé d'un croissant de lune.
Son nom signifie "dieu caché", comme s'il manifestait les aspects inconnus et mystérieux de la divinité. Il est un dieu sans histoire et, précisement pour cette raison, il emprunte celle des autres. Lorsque Amenemhat 1er fonda la XIIe dynastie et que Thèbes devaint capitale de l'Egypte, on en fit le dieu protecteur et conducteur de la nation ; on en fit même un dieu primordial et éternel, le "roi des dieux"(nesou netjerou). On estimait en effet que le chef qui avait réussi l'exploit de réunir l'Egypte sous son autorité ne pouvait l'avoir accompli que grâce au dieu créateur et organisateur du monde.


Amon est confondu avec le dieu Rê, qui possède un nom secret, symbole de suprématie. Celui-ci incarne le Soleil, adoré depuis les époques les plus anciennes. Deux traditions existent pour expliquer son origine.
-On parle de son émergence hors du Noun : les pyramides représentent cette colline primordiale sur laquelle Rê apparait. A Héliopolis, la pierre Benben était l'objet d'un culte : le dieu y aurait effectué la Création en se masturbant ou en expectorant. Les hommes seraient nés de ses larmes.
-Ailleurs, on dit qu'il est le fils de Geb (la Terre) et de Nout (le Ciel) : il naît chaque matin du ventre de sa mère et plonge le soir dans le domaine des morts (Am-Douat). L'animal de Rê est le phénix qui semble immortel et renaît de ses cendres. Rê est le dieu de la résurrection des élus. Il restera toujours un des grands dieux du panthéon officiel, jamais détrôné, mais confondu avec les autres dieux en quête de promotion.
Amon-Rê

Amon devient donc Amon-Rê et les pharaons développent son culte. Son sanctuaire de Karnak s'embellit. Ses richesses deviennent fabuleuses. Il obtient la plus grande part du butin rapporté des campagnes militaires. Ses prêtres détiennent un tel pouvoir qu'ils finiront par accéder à la royauté à la fin de la XXe dynastie. Quand l'Egypte change de capitale, son étoile se ternit, les dieux provinciaux retrouvent une certaine faveur. osiris, plus populaire, devient son rival direct.
Les "divines adoratrices"


Le personnel attaché au service d'Amon-Rê est très nombreux : sous Ramsès III, il compte 81322 personnes ; la gestion de ses immenses propriétés (2393 km2) l'exige. Mais, seul parmi tous les dieux que connait l'Egypte, il a ses "divines adoratrices", considérées comme ses épouses terrestres. Elles remplissent une fonction cosmogonique, car, en réalisant le contentement du démiurge, elles garantissent l'harmonie de la création. Tenues au célibat, elles doivent assurer leur succession par le moyen de l'adoption. Leur recrutement est parmi les princesses. Entourées de prérogatives royales, elles en viennent peu à peu à supplanter le grand-prêtre d'Amon.
La belle fête


Au cours du dixième mois de l'année, le dieu Amon de Karnak traverse le Nil dans une barque pour faire le tour de la nécropole et rendre visite aux "dieux de l'Ouest". Le dieu Amon dispose d'une barque somptueuse, l'Ouserhat, d'une dimension imposante, faite de bois du Liban et recouverte d'or et de pierres précieuses. La procession, à laquelle participe le pharaon, fait halte dans les temples royaux qui sont sur son parcours.
En dehors de cette cérémonie exceptionelle, les rites quotidiens ressemblent fort aux soins donnés à la personne royale elle même avec habillage, onction, offrandes alimentaires, labations et encensements.
Propagation du culte


Le culte du dieu bélier s'est répandu hors de l'Egypte : on le trouve à Méroé, au Soudan, et en Grèce sous le nom d'Ammon : l'oracle de Siwah, consulté par Alexandre le Grand, semble être une filiale de l'oracle de Thèbes, la capitale égyptienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Amon-Rê, le dieu bélier : Le "dieu caché"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'ai lu "Dieu ..." de Benacquista et Barral
» Sekhmet "Dieu Egyptien"
» "Dieu que ce que j'ois est triste !"
» Médaille en forme de coeur "MOI EN DIEU" - "DIEU EN MOI" - 1ère moitié XIXème
» Dieu? L´unique "Dieu" que les êtres humains devraient invoquer..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ankh L'Immortel :: CULTURE :: Mythologies et Légendes :: Egyptienne-
Sauter vers: